Dites ouïe !

Coming out

beach-2952391__340

À écouter

 

À lire

Après le lycée, il a fallu décider d´une orientation…pas facile quand on a 17 ans et qu´on est curieuse de tout mais j´ai choisi d´aller à l´université dans un cursus un peu fourre-tout qui s´appelait « Médiation culturelle et communication ». Comme j´aimais les spectacles et parler, je me suis dit que ça me conviendrait. Et puis de fil en aiguille, je me suis retrouvée administratrice d´une compagnie de spectacle. Un mot un peu barbare pour qualifier celle qui organise, qui classifie, qui régularise, qui gère les sous.  Ça m´allait bien car j´ai toujours été organisée voire maniaque donc je me suis plu à rappeler le cadre juridique aux artistes dont je m´occupais. J´aimais être l´emmerdeuse qui ramenait les rêveurs sur terre en leur faisant signer leur contrat de travail pendant qu´ils s´échauffaient avant de s´envoler. Enfin, je croyais que j´aimais…  Je réalise aujourd’hui que je les enviais de monter sur scène, de se montrer, de faire rire et réfléchir. Je me rassurais sûrement en me disant que je participais aussi à l´étincelle qu´ils provoquaient dans les yeux des gens…c´est vrai quoi, sans moi pour faire des demandes de subventions, ça n´aurait pas lieu ! Je m´accommodais de ce rôle rigide au bureau et en tournée, je m´évadais un peu plus en les regardant jouer. Mais souvent cette pensée revenait “moi aussi, je pourrais le faire”. Mais j´ai continué pendant des années à jongler mais juste avec la paperasse.  Et aujourd’hui, je réalise que c´est pas comptable que je voulais être mais plutôt conteuse. Une simple erreur d´orthographe après tout… Moi aussi je veux m´exprimer, faire rire, pleurer, danser, chanter. Pourquoi je n´aurais pas le droit après tout ? Parce que “ça paiera pas les factures” ? Parce que j´ai étudié à l´université et que je devrais faire un métier “un peu plus … enfin moins …tu comprends quoi ?”. Non je ne comprends pas, moi je veux gagner ma vie en m´amusant. J´en connais plein qui sont “juste” comédien, gesticuleur, clown, danseuse, tartineuse de couleurs…y en a même qui deviennent riches en vomissant des textes incompréhensibles alors qu´ils s´appellent Foetus avorté. Comme quoi, tout est possible ! Moi aussi j´ai ma place dans le monde des … ah oui, ce gros mot, qu´on sert à toutes les sauces et dont on ne sait plus trop la signification…ce mot qui fait partie de mon vocabulaire mais que j´ai toujours refusé de m´attribuer…ARTISTE. Et oui, j´en suis. J´ai été dans l´ombre de tellement d´artistes ces dernières années, je les ai tant admirés et ils m´ont définitivement inspirée. Je renoue avec la petite fille audacieuse qui faisait des pestacles il y a fort longtemps. Je t´ai ignorée désolée mais tu sais je ne me sentais pas légitime. J´entendais souvent ”encore dans la lune, celle-là”, quand je disais que je voulais être danseuse étoile on me disait : “faut pas rêver”. « Les comédiens à la télé c´est pas pour de vrai. » Ah bon ? Mais quand un jour t´en croise un dans la rue, un déclic se produit… »quoi ? lui aussi marche comme ça sur le trottoir, une baguette de pain sous le bras…genre normal”. Une petite voix me répétait encore il y a quelques semaines : “il y a déjà tellement d´artistes, une grosse concurrence, qui voudrait m´écouter ?”. Mais aujourd´hui, je me dis qu´il en faut pour tous les goûts ! On a autant besoin de métalleux hurlants que de danseurs contents pour rien. Il est temps d´arrêter de hiérarchiser…une chanteuse d´opéra n´a pas plus de mérite qu´un homme-orchestre. Je les aime tous les deux. Ils me transportent dans différents univers. Je vibre devant un spectacle de magie nouvelle et je m´esclaffe devant Gad Elmaleh. J´aime regarder des films coréens sous-titrés en finnois et je pleure des litres de larmes devant Titanic. Je suis pleine de contradictions et différentes formes d´art me touchent. J´avais aussi cette idée qu´il fallait naître avec du talent, un genre de don magique et que donc si j´en n´étais pas dotée, cette voie n´était pas pour moi. Ou alors qu´il faut connaître quelqu´un du milieu pour percer ou aller dans des écoles renommées… mais moi je décide de me lancer sans curriculum vitae ! Car je pense que le plus important est d´oser. Quand je suis avec des enfants, je suis persuadée qu´un artiste sommeille en chacun de nous, à quel moment de sa vie l´enfant arrête de jouer ? Pourquoi un adulte doit être sérieux et raisonnable. “bon écoute, tu vas bientôt être un.e grand.e donc il va falloir jeter à la poubelle tes dessins, ranger ton déguisement dans un carton et arrêter de rêvasser en regardant les nuages”. Tu m´étonnes qu´on a la pression et que certains sont traités d´immatures. Moi je veux être une adulte avec les pieds sur terre et la tête dans les étoiles ! Je veux cultiver mon imagination, virevolter, chanter à tue-tête et partager ma créativité.

Saltimbanques, bouffons, virtuoses, va nus-pieds, esthètes, boute-en-train, créateurs, marginaux, auteurs, farfelus, me voici !

J´aime à penser que moi aussi j´allumerai une étincelle dans le regard de certains. Et le plus important dans toute cette histoire est que ça me fait me sentir intensément vivante !

4 réflexions au sujet de “Coming out”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s