A méditer !

Petite nature

miniature-figure-1745753_1920

Je choisis toujours une place côté hublot. Enfin, vient le moment où on s´élève, vers là où il fait toujours beau…au-dessus des nuages. Comme à 8 ans quand je regardais les fourmis, je me penche avec curiosité au-dessus du monde et toute cette vie me fascine. La campagne ressemble à un patchwork, des morceaux de tissus de différentes couleurs qu´un géant aurait cousus ensemble. On voit bien la trace de l´Homme dans cette nature : les routes qui scarifient les forêts, les champs avec la raie sur le côté, les terrains de golf en formes de bulles de BD. Toutes les maisons sont comme dans le Monopoly, on dirait qu´elles sont en carton, je m´imagine donner des pichenettes dans les camions et tracteurs. Je devine ces hommes et femmes tels des playmobil, je me demande qui se dispute à ce moment précis, qui a un orgasme, qui nait. Mais finalement ca n´a plus la même importance qu´en bas. Dans cet avion, j´ai l´impression que le temps s´arrête alors qu´on va très très vite. Je m´éloigne de la terre mais je prends aussi de la distance par rapport à ma propre vie, car vue d´en haut les soucis paraissent infimes. Je croise des nuages-têtes de dragons et j´admire les trouées de lumière qui sont comme des projecteurs sur la terre. Même si je suis confinée dans cet air pressurisé, je respire mieux, le poids de mes angoisses existentielles se fait plus léger. Je me sens puissante et dominatrice avec cette vue d´ensemble mais je sais que souvent quelqu´un d´autre me survole sans me voir alors je me sens aussi infiniment petite. Je réalise à quelle point le monde est immense et que je ne suis pas responsable de tout ce qui s´y passe. Quand j´angoisse, il n´y a plus que moi dans la perspective mais je devrais me rappeler qu´il y a des milliards d´autres fourmis autour, que les plantes continuent à pousser, le vent à souffler. Même si je n´arrive pas à dormir assaillie de mille questions, le soleil continue à se lever et à se coucher. Finalement, je ne suis qu´une pincée de sel dans l´univers ! Un “point dans l´espace”…ma tante m´avait donné ce surnom quand je suis née et je me sens vraiment comme tel aujourd´hui. Rassurée, je ferme les yeux et me laisse glisser dans le sommeil.

2 réflexions au sujet de “Petite nature”

  1. C’est un sentiment qui m’envahit aussi quand je prends l’avion. Belle métaphore du lâcher-prise devant l’immensité. Merci pour le retour en arrière de 32 ans :))

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s