A méditer !

Je vais bien, ne t´en fais pas

sad-woman-1048899_1920

À écouter

 

À lire

Récemment, les gens me disent « tu as l’air tellement heureuse et épanouie », « tu respires la santé »…et je me dis qu’ils ne savent pas tout. C’est vrai qu’on met toujours sur les réseaux sociaux des images positives de nous. Rares sont ceux qui osent mettre des photos d’eux avec des cernes ou faisant la gueule. Pourtant, on a tous nos moments difficiles. Je donne le meilleur de moi même aux inconnus et ils se disent “cette fille respire la joie” mais avec mes proches, je m’autorise à craquer. Longtemps, on m’a renvoyé l’image de celle qui se plaint toujours alors j’ai voulu donné le change et aujourd’hui je transforme toute parole négative en positif mais en fait c’est épuisant. Quand toute ma famille est réunie autour d’un barbecue en France, je leur réplique « oh je suis tellement contente pour vous ! » Et c’est la vérité. Mais j’aurais envie d´ajoutant en hurlant « mais je souffre de ne pas être là !!! ». Mais non, je me dis « j’ai choisi de vivre en Finlande alors j’assume ». Beaucoup de moments comme ça surtout quand mai, juin arrivent  avec ce printemps caniculaire en France et ces ponts rassembleurs. Je suis nostalgique, envieuse. Mais je clame : « je vais bien, tout va bien ». Et puis un jour, ça explose…je casse un verre et j’éclate en sanglots. Évidemment, ça surprend… Quand je suis guillerette tous les jours et que je souris à outrance, on ne s’attend pas à une déferlante de larmes. Mais c’est que j’oublie d’en lâcher quelques unes plus souvent en fait. Ou d’hurler un bon coup dans la forêt. De danser jusqu´à l´épuisement. De cogner dans un punching-ball. J’oublie que dans la palette de couleurs, il y a aussi cinquante nuances de gris. Alors, aujourd’hui je me lâche, c’est open bar de la complainte :

  • je vis à 3 000 kilomètres de ma famille et de mes amis…
  • …dans un pays où quand on est invité à une fête, on apporte sa propre boisson qu´ on ne partage pas
  • je suis une formation où je comprends 40% de ce qu’il se dit (même si je me concentre à 90%)
  • je connais beaucoup de gens mais il n’y a personne que je peux voir en urgence pour vider mon sac devant un verre
  • j’arrive pas à dormir parce qu’il fait jour en permanence.

Ça plombe l´ambiance…mais fallait que ça sorte ! « Pourquoi je suis allée m’expatrier dans le Grand Nord si c’est aussi difficile ? » certains s´interrogeront. Parce que parfois, on doit faire des compromis et que la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Voilà ! Cela ne signifie pas que je vous ai menti : les sourires, les smileys, les discours optimistes, les articles ensoleillés…tout est authentique. Seulement, il est bon de (me) rappeler que je suis humaine et changeante. Ça fait du bien en le disant ! Sans se la jouer Caliméro, c´est important d´exprimer aussi quand on souffre parce qu´on n´est pas (encore) des robots ! À quand un livre de visages avec des gens boudeurs, en colère, déprimés, malades…un réseau social qui nous montrerait avec nos hauts et nos bas et qui nous déculpabiliserait de ne pas être parfaits ?

 

 

1 réflexion au sujet de “Je vais bien, ne t´en fais pas”

  1. Si cela n’engageait que moi, je prendrai les pips sous mes ailes et viendrais habiter là-bas !! Bisous ma caille, et laisse sortir, c’est ce qu’il faut faire 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s