Dites ouïe !

Même pas peur

street-art-977790_1920.jpg

A écouter 

 

A lire

En cette veille d’Halloween où les vitrines débordent de sorcières, les salles de ciné revisitent Carrie, Psychose et autres, et je me demande pourquoi les gens aiment tant se faire peur. Sur internet, on trouve même des listes de films qui assurent l’insomnie. Moi j’ai jamais aimé les films d’horreur, j’ai été traumatisée par Chucky, la poupée de sang. Je ne vais plus trop me baigner au large depuis Les Dents de la mer. Ma mère raffolait d’X-Files et des téléfilms sur M6 adaptés des romans de Stephen King. Je me disais que si elle aimait, pourquoi pas moi. Alors certains soirs où j’avais du mal à m’endormir, je grappillais quelques minutes avec elle et partageais sa passion. Mais c’était trop, ça provoquait des cauchemars et de nouvelles angoisses. J’évitais alors les soirées pyjamas-films d’horreur et je ne partage pas les blagues familiales sur Shining car je l’ai vu derrière un oreiller. J’ai participé à une zombie walk il y a quelques années et, même si je savais que c’était moi sous ce déguisement sanguinolent, je me foutais la trouille ! Bon, les enfants grimés qui viennent sonner pour réclamer des bonbons ça va, je le vis bien. Le reste, j’évite. Mais maintenant j’ai un autre problème : l’horreur sort des autoradios, des écrans plats et même des feuilles de chou. Comme s’ils avaient décrété qu’ Halloween sera tous les jours. C’est fou comme les gens aiment baigner dans un climat angoissant. Ils se laissent bercer par le flot, dit médiatique, mais que je qualifierais plutôt de névrotique, ils ponctuent leur phrase par « tu te rends compte ?! » et « c’est incroyable, à quelle époque on vit ! ». William Friedkin est détrôné par Gilles Bouleau. Ça me rappelle quand Mickey 3D chantait « la France a peur, tous les soirs à 20h » ! Même Jean-Pierre Pernaut qui, pourrait s’en sortir avec le journal de 13h en présentant reportages sur la vie des abeilles dans la Drôme ou sur les avancées dans la recherche contre le cancer, doit évoquer l’affaire Tartempion dont le père a liquidé toute la famille. On appelle ça « les nouvelles » dans le jargon mais comme si c’était nouveau franchement… Jack l’Eventreur, Marc Dutroux et Charles Manson doivent verdir de jalousie en voyant comment leurs successeurs sont mis à l’honneur. Et il n’y a pas que les meurtres, rien que les chiffres du chômage, ça tue à petit feu. Sur le trajet Paris-Nantes, j’ai entendu 5 fois que le nombre de demandeurs d’emploi avait encore augmenté, sûrement parce que je suis de retour j’ai pensé ! Franchement, c’est pas utile de le répéter en boucle, vous croyez vraiment que tous les chômeurs vont prendre conscience qu’il faut se bouger en écoutant les infos ? Ce que je crois plutôt c’est que les gens commencent vraiment à croire qu’on vit dans une « société de merde » si vous me passez l’expression, bravo à ceux qui agitent les fils des marionnettes. Les gens se plaignent puis ils écoutent les informations pour se conforter et donc ils peuvent d’autant plus se plaindre, un beau cercle vicieux. Et puis je réalise à quel point l’être humain est masochiste : Josette a très peur de mourir alors elle regarde des victimes à la télé-réalité raconter leurs cancers, évoquer leur pote Alzheimer et elle donne des coups de coude à Alain en larmoyant : « c’est vraiment moche ». Lui, il ronflait paisiblement car il a choisi de ne pas trop s’en faire. C’est certainement pas en stressant qu’on évitera le mal. De toutes façons, un cancer sommeille en chacun de nous, le tout est de ne pas lui donner l’envie de s’installer. Rire, faire l’amour, s’amuser, positiver, bien dormir et manger sont, j’en suis persuadée, les meilleurs boucliers. Alors moi je décide de couper court à ces maudits troubadours. Je zappe les infos, je débranche la boîte noire, j’évite les marchands de journaux. Je préfère parler et écouter autour de moi, m’informer sur le monde qui m’entoure en allant voir des films et des spectacles, faire du covoiturage avec des personnes ouvertes d’esprit, écouter mes proches défendre leurs projets créatifs. Je regarde des bonnes nouvelles sur le net puisque des optimistes ont choisi de prendre le contre-pied en ne diffusant que du positif. Parce que ça fait beaucoup plus de bien que de baigner dans la misère. J’imagine les panneaux des magazines chocs sur les trottoirs où les faits divers morbides seraient remplacés par des infos joyeuses : « Elle a eu 3 orgasmes la nuit dernière ! » ou encore « Il trouve un billet de 50€ en allant au marché ! ». Il ne s’agit pas d’enfouir nos peurs et angoisses non mais plutôt de les (re)connaître haut et fort puis de leur faire un pied-de-nez ou plutôt un joli sourire. C’est en se réjouissant et en allant de l’ avant qu’on l’améliorera notre « pauvre planète » pas en se lamentant. Eh bien souriez maintenant !

3 réflexions au sujet de “Même pas peur”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s