A méditer !

Le cafard du dimanche soir

rays-971753_1920.png

A écouter

A lire

Ça ne m’était pas arrivé depuis un bout de temps mais le revoici comme un souvenir désagréable familier. Cette sensation difficile à cerner…mélancolie ? frustration ? Tristesse ? C’est comme une légère gueule de bois, entre joie quand on se remémore les bons moments avec les copains et malaise incontrôlable. Je sais parfaitement ce qu’il faudrait faire : aller me coucher. Mais ça me fout encore plus le cafard de me dire qu’il est à peine 19h30. Sûr que ce truc revient de loin. Je devais avoir 5 ans, j’arrivais pas à dormir alors j’étais aller voir mes parents en marmonnant « j’ai le cafard » et eux de répliquer « où ça ? ». Faut dire qu’on habitait en Afrique à cette époque… C’est vrai qu’elle est drôle cette expression. Plus tard, en cours d’ espagnol, je découvrais la traduction très exotique : « cucaracha ». Tout de suite, c’est plus coloré, ça donne envie de jouer des castagnettes plutôt que d’aller bouder. Je le connaissais bien étant ado. Il arrivait bien avant le soir tous les dimanches. Il était pire quand les jours raccourcissaient en novembre. Le poids des devoirs de math pas terminés, les réjouissances du week-end avortées, le baiser même pas reçu à la soirée chez Émilie. Je me claquemurais dans ma chambre et je pleurais devant Dawson en comptant les heures avant que le réveil du lundi sonne. Un vrai cauchemar ! Y avait rien à faire, ça me collait à la peau même s’il faisait beau. Je me souviens d’une peluche qu’on m’avait donnée où il était inscrit : « ça ira mieux demain ». Mais justement non, le dimanche : « ça va mieux hier » ! Plus tard quand j’étais étudiante, et donc libre, j’ai renoué avec le dimanche soir. C’était synonyme de ciné entre copines. J’avais beaucoup moins de devoirs ou en tout cas personne ne vérifiait s’ils étaient faits et le lundi matin j’allais à l’amphi sans y être obligée (et ça, ça change tout mine de rien!). J’étais délivrée de l’emprise de cette maudite fin de week-end. Quand j’ai trouvé du travail la bestiole a tenté de se repointer mais j’organisais des apéros pour la contrer et tout s’est bien passé jusqu’à aujourd’hui. Est-ce parce que je veux être solidaire avec les milliers de Français qui retourneront à l’école ou au bureau demain ? Même si je peux faire la grasse mat’ demain, un bourdon me tourne autour. Est-ce vraiment parce que c’est dimanche ou une coïncidence ? Même pour moi au chômage, je ressens le rythme, les démarches administratives reprennent le lundi : recherche d’appart, conversations avec pôle emploi ou plutôt son attente téléphonique, prise de rendez-vous…finalement je me calque sur les actifs. Je sens aussi l’excitation quand arrive vendredi, même si je suis allée à un concert mardi. Peut-être que, encore une fois, je ressens le pays qui frétille, qui se détend… Je cherche des raisons mais c’est comme ça et pis voilà. Je me sens triste comme un frigo vide. Tiens, si j’écoutais Java justement, ça fait longtemps… C’est que c’est entraînant ! Je me laisse aller à me déhancher, le cafard essaie de me rattraper par la manche en hurlant que « aujourd’hui c’est dimanche » mais je pars sur le dance floor improvisé. « Sexe, accordéon et alcool » ! Les souvenirs de samedi remontent et la fièvre m’envahit de nouveau. Ma fatigue et mon désarroi cèdent la place à la malice et l’envie de remuer. Moi je dis halte à la dictature du calendrier ! Soyons fous et adoptons le sunday night fever ! Et à l’empereur, sa femme et le ptit prince, je leur dis :

lundi matin, bouge ton popotin

mardi matin, chante dans le train

mercredi matin, tire la langue à tes voisins

jeudi matin, sèche le cours de latin

vendredi matin, joue à cache-cache dans le jardin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s