A méditer !

Quatre-vingt-quinze pour cent

ocean-1919747_1920.jpg

A écouter

A lire

Je me souviens en primaire on apprenait des chansons de Brassens et moi je détestais. Cette voix de grand-père mou du genou, ça m’agaçait. En devenant adulte j’ai aimé. C’est vrai qu’il écrivait des choses tout à fait vraies et avec une ironie qui me plaît beaucoup. Fermons la parenthèse, j’ai récemment fait une découverte époustouflante : j’ai un vagin ! Ou plutôt j’ai un vagin qui peut prendre du plaisir. Après presque 20 ans d’activité sexuelle, je me réveille. Enfin ! Très tôt, j’avais découvert mon clitoris, ce bouton rigolo qui me fait me tortiller dans tous les sens quand on appuie dessus. J’ai longtemps pensé que j’étais « clitoridienne » ça sonnait bien un peu comme académicienne. J’imaginais la remise des diplômes en robe de cérémonie avec un chapeau bizarre : « bravo Odré, vous entrez dans la guilde clitoridienne ». Et je m’en contentais. Mon clito flatté de temps en temps par mes partenaires curieux, je pensais avoir une sexualité épanouie. On me renvoyait l’image d’un bon coup, d’une amante généreuse. Alors l’orgueil l’emportait sur l’introspection. J’étais fière de donner du plaisir, j’en recevais parfois et ça me suffisait. Mais au bout d’un moment, j’ai ressenti de la frustration, ça m’énervait qu’on parle d’un point G, j’enviais les copines qui jouissaient de l’intérieur. Alors j’ai fait une réunion avec moi-même, je me suis remémoré, j’ai beaucoup lu et écouté de choses sur ce sujet toujours un peu tabou. J’ai appris qu’il n’y a pas l’équipe des clitoridiennes contre l’équipe des vaginales. Que celle qui ont un orgasme dans leur vagin c’est sûrement parce que le clitoris – aussi long qu’un pénis – est sollicité de l’intérieur. Alors, même si mon titre de clitoridienne s’est envolé, je sautais de joie. Cette grotte sombre et inconnue n’est pas là juste pour être farfouillée par des mycologues ou pour faire passer environ 3kg gluant et vagissant !  Ce magnifique vestibule peut aussi être parcouru d’ondes sensuelles et vibrantes. Mais alors, si je n’ai pas pris mon pied si souvent que ça ces dernières années, c’était par manque d’intérêt et d’éducation pas parce que j’étais restreinte. Rassurez-vous les gars c’était pas que vous étiez (tous) des mauvais coups ! C’est un peu comme quand on a envie d’un fondant au chocolat qui sortirait du four et qu’on vous propose un BN pour le goûter. C’est mieux que rien. J’ai 33 ans quand même, j’aurais bien aimé découvrir ça plus tôt mais bon je me rassure en papotant avec des sexagénaires pas forcément plus épanouie sexuellement. On peut apprendre à tout âge. Petit à petit, la femme jouit. Et dire que certaines ne sentiront jamais et resteront dans l’ignorance de ce merveilleux organe qu’est leur vagin. Certes elles continueront à y laisser entrer spéculum, doigts, pénis, godes, et à laisser sortir des bébés mais toujours demeurera une sensation désagréable voire douloureuse ou pire pas de sensation du tout. Ok Georges, « quatre vingt quinze fois sur cent, la femme s’emmerde en baisant » mais il ne tient qu’à elle de renverser la vapeur. Mesdames, réveillez-vous, explorez-vous et enseignez à vos partenaires ! Et puis, racontez, transmettez… Chacun.e.s a à y gagner dans cette affaire. Allez, je vous laisse j’ai du plaisir sur la planche !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s