Dites ouïe !

Et avec ceci, ce s’ra tout ?

toy-cash-register-942365_1920.jpg

A écouter

A lire

En entrant, j’ai été charmée par le rayon fruits et légumes. Plein de produits que je n’avais jamais vus, faut dire qu’en arrivant de Finlande j’étais facilement épatée par les produits de la terre. Certes, il y avait de nombreuses variétés de pommes de terre mais ça manquait un peu de couleurs et formes. Là, mes yeux pétillent de tant de biodiversité : le chou romanesco, la patate douce violette…la nature est généreuse. En plus, les produits viennent (presque tous) de chez le voisin, c’est beau !  C’est peut-être pour ça que j’y ai déposé mon cv. En période de (re)construction identitaire et de questionnement professionnel, j’avais besoin d’un job. Eh oui, arpenter les chemins en ressassant « dans quel état j’erre ? », ça donne faim. Alors je me suis tournée vers ce magasin bio.  J’avais plus de radis et je suis aller vendre du pain pour me faire du blé, logique. Je comprends mieux le circuit court, je permets aux gens d’acheter leurs denrées, je suis payée et avec mes sous je peux acheter mes denrées ! Le boulot alimentaire par excellence. Je fais mes courses mécaniquement. J’ai l’habitude de mes rayons, j’achète presque toujours les mêmes produits et quand j’ai commencé à travailler, c’était comme mettre des lunettes de vue. Tout à coup, j’ai vu la multitude de produits, tous ceux à qui je ne daignais pas jeter un œil.  Toutes ces étiquettes pensées pour attirer le client, ces logos et courbes pour évoquer la pâte à tartiner de ton enfance, la soupe de ta grand-mère. J’étais épuisée de tant de sollicitations. Et heureusement que mes oreilles n’étaient pas tant sollicitées que mes yeux. J’apprécie qu’il n’y ait pas de musique criarde ou d’animateurs nasillards « Mesdames et messieurs, les 2 boîtes de sardines pour le prix d’1, n’hésitez plus ! ». Après un temps d’adaptation, ça va mieux même si je lutte en permanence contre les tablettes de chocolat et brioches qui me crient « achète-moiiiiiii ! ». Ce que j’aime particulièrement, c’est le rayon boulangerie. L’odeur du pain qu’on réceptionne le matin est un délice. Toutes ces énormes miches bombées et dorées…ça me fait beaucoup d’effet.  Je suis émue en pensant aux mains agiles qui les ont façonnées. C’est quand même plus sensuel que les boîtes de conserve ! En tant que cliente, je ne réalisais pas qu’il y avait des lutins malins qui me facilitaient la tâche : les gestes experts des employé.e.s font en sorte que tous les produits soient accessibles sans trop d’effort. Moi, qui me plaignais que c’était fatiguant de faire les courses… Je n’avais jamais pensé à ceux qui dès 7h du matin réceptionnent les livraisons, ouvrent les cartons et remplissent les rayons en me saisissant de mon paquet de farine. On ne voit souvent que ceux qui encaissent mais gravitent autour d’eux plein d’autres fourmis ouvrières. J’aime faire la caisse d’ailleurs car je suis assise et surtout je suis vraiment avec les gens. J’échange quelques paroles, je reçois les critiques (bien souvent positives), je crée du lien. Faut être honnête, au bout de 2h à raison de 46 « bonjour – par carte ? – 52,63€ s’il vous plait – merci – très belle journée à vous – au revoir », il faut aller faire un tour dehors. Mais c’est toujours dans la courtoisie et la bonne humeur. Je me demande si biologique, local et équitable riment avec poli, patient et agréable. Ceci dit, c’est peut-être la même chose chez L’éclair, les gens se bonifient probablement. Ou alors c’est moi qui le vit mieux. Quand j’étais étudiante, j’avais été hôtesse de caisse pendant quelques mois dans un hypermarché et je ne me souviens pas avoir échangé des recettes ou des bons plans avec les consommateurs. Par contre, je me souviens qu’on devait dire « Bonjour MONSIEUR/MADAME » parce que « bonjour » tout seul c’était pas assez bien. Et puis, il y avait aussi des clients mystères, un employé en civil qui passait à ma caisse pour contrôler que je faisais tout bien. Drôle de métier…j’imagine le patron qui quitte son costume trois-pièces pour un jogging et un tee-shirt Fruit of the Loom, une casquette Perrier et qui se fait passer pour un client lambda. Ça doit changer de l’analyse financière. Ou peut-être que de nos jours, ils embauchent des intermittents du spectacle pour jouer la parfaite cliente qui coincera le caissier balbutiant. Qui sait ? Au moins, dans mon magasin c’est détendu. Les clients se connaissent presque tous alors ils papotent en attendant leur tour, les enfants dessinent dans un coin au lieu de glisser un paquet de sucettes discrètement dans le caddy. En passant leurs produits « bip », « bip », j’imagine les petits plats qu’ils vont concocter, « bip », « bip », les goûters d’anniversaires, les apéros dinatoires, « bip, « bip ». J’observe aussi leurs manières : il y a les couples où la femme paie et l’homme range et puis l’inverse, ceux pour qui on voit que la gestion de l’argent n’est pas encore claire « c’est moi qui paie », « ah bon mais on avait dit que… ». Les parents qui laissent les enfants se balader avec leur mini caddy et qui ont même le droit de suggérer des produits et ceux qui les empêchent de toucher comme si c’était impur ou comme s’il fallait être mature pour s’acheter des mûres. Il y a ce monsieur qui vient toutes les semaines et qui achètent des tonnes de surgelés et bocaux, je l’imagine père de 7 enfants qui avalent chaque semaine 230€. Cette dame âgée qui « craque » pour du chocolat aux amandes, ça lui changera des petits pois carottes. Cette occupation que j’ai souvent considérée comme triviale et ennuyeuse révèle beaucoup sur la condition humaine. Ça me plait d’être témoin des rituels de chacun, de converser sur le temps de cuisson des lentilles corail ou sur la conservation des maquereaux. Parce que tout le monde le sait :

« Quand l’appétit va, tout va » !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s