Dites ouïe !

La balade des gens heureux

cherry-plum-4915333_1920

Cocon finement – épisode 11

A écouter

 

A lire

Chaque jour, je l’attends, comme une récompense du jour qui s’achève. Je pourrais décider de la faire à 11h et pourtant, je repousse le moment, je garde ce plaisir pour le crépuscule. Je me prépare comme pour une randonnée voire comme une opération commando. Un mélange d’excitation et d’appréhension me mène au bout de l’allée qui part de la maison et débouche sur la grande route. La plupart du temps, c’est désert et je me sens privilégiée d’être seule et aussi inquiète. Je me balade comme dans un décor de film abandonné. Où sont passés les comédiens ? Parfois, j’en croise quelques uns, de loin on se reconnait, une connivence invisible se tisse entre nous. Pourtant, je remonte mon écharpe sur ma bouche, je sens mon corps se courber comme si j’étais fautive, j’ose à peine parler. Heureusement qu’il reste mes yeux pour leur témoigner mon amitié et me sentir exister. La plupart me sourient et je me sens rassurée. A ce moment, j’imagine que c’est exactement comme avant.

Je me redresse, le regard attiré par la cime des arbres, et je m’accroche à ce vert hypnotisant. La tête haute, je respire enfin. Je me sens si petite déambulant entre ces troncs majestueux. Le chant des oiseaux l’emporte sur le brouhaha dans ma tête. Je presse le bouton reset. Je suis concentrée dans chacun de mes pas et j’ai une pensée pour ceux qui vivent entourés de béton, sans m’apitoyer, juste une pensée fugace qui me permet de savourer encore plus cette chance que j’ai d’être dans la nature. Le hennissement d’un cheval me sort de ma contemplation, je l’approche timidement même si je sens qu’il ne me veut que du bien. Je l’envie de vivre dans cet écrin de verdure avec vue sur les marais. Est-ce que sa vie a changé ces dernières semaines ?

Bientôt, je sens les embruns venir me chatouiller, je ne peux pas m’empêcher d’entendre cette phrase tellement incroyable : « on n’a pas le droit d’aller à la plage » et je lui demande gentiment de repartir d’où elle vient. Est-ce que je suis bien à 1km de la maison ? J’ai peut-être légèrement dépassé et je prends mes responsabilités. Il en va de ma santé : sûr que ce bol d’air marin, qui s’invite dans mes poumons, constitue un bouclier contre d’éventuelles miasmes baladeuses. Personne alentour, je baille allègrement ! Je me sens profondément apaisée. C’est marée haute et les vagues ont leur mot à dire. Je me régale de ces mouvements qui calment mon ressac intérieur. Le soleil rougeoyant m’offre un spectacle, non pas à couper le souffle, mais à me redonner du souffle. Je me suis honorée d’apercevoir l’horizon et j’ai envie de me mettre au diapason de notre belle Terre.

Je poursuis mon itinéraire et j’emprunte un ponton de bois, il serpente à travers les pins et je réalise que le chemin peut être doux et engageant malgré des embûches annoncées. Je rebondis entre les buissons d’aubépine et de genêts, une odeur enveloppante de noix de coco me chatouille les narines. Je sais que dans quelques mois, le soleil d’été la rendra plus tenace pour m’enivrer lorsque je marcherai d’un bon pas sur le sentier côtier. Je m’y vois déjà, en short et débardeur, un foulard sur la tête pour me protéger des coups de soleil, dans mon sac à dos une gourde et une orange…j’avalerai des kilomètres et des kilomètres sans me fatiguer. Je tiendrai la main de l’océan comme pour tenir bon la rampe. Un roucoulement de tourterelle me ramène à la réalité. Je suis là, le printemps ne fait que commencer. J’inspire profondément. Je fais le plein d’ions négatifs pour rester positive. Le vent caresse ma joue et me murmure : « tout est bien, tu peux retourner dans ton cocon finement sereinement, rendez-vous demain ! ».

A tous ceux qui respirent de l’air saturé, j’envoie des bouffées qui rendent plus joyeux.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s