Dites ouïe !

Aux arts, citoyens !

28698637_155393768434200_7156422247884903778_o

Cocon finement – épisode 12

A écouter

 

A lire

Aujourd’hui, c’est dimanche et je me demande si ça veut toujours dire quelque chose en cette période spéciale. Le déjeuner chez mamie est reporté. Est-ce qu’on garde la grasse mat’ et le brunch ? Est-ce qu’on se fait un jeu de société après manger ? Quand j’étais enfant, j’avais la pression, ces après-midi là, quand je réalisais que tous mes devoirs n’étaient pas faits et plus l’heure tournait, plus Le cafard du dimanche soir grandissait. Est-ce que les Français sont plus sereins aujourd’hui car ils savent que demain, même si c’est lundi, ils resteront à la maison ?

Pour moi, ça fait un moment que ça ne change plus grand chose, je me perds parfois dans les jours de la semaine. Parfois, j’aimerais qu’une institution ou un employeur m’impose un rythme, des horaires. Souvent, je me réjouis de m’emmêler les pinceaux. Justement, j’ai envie de dessiner. Même si je n’ai pas d’enfant avec qui colorier ou faire de la pâte à modeler, je sens mes mains frétiller. Une boîte de crayons de couleur me fait de l’œil, je me prends à tracer des mandalas en repensant à la rosace qu’on faisait au compas en CM1. Je retrouve le bonheur de m’appliquer, le bruit du crayon sur le papier et l’odeur des mines colorées. Je me souviens, c’était ma sœur surtout qui était douée, moi c’était plutôt les poèmes, j’aimais faire rimer cœur et bonheur, éternité et baiser.

En ce moment, plus que jamais, je sens que c’est le moment d’écrire pour de vrai. Mille et une idées de récits se bousculent en moi. Et puis mon complexe d’illégitimité se trouve bien titillé car j’imagine, qu’en ce fécond finement, tous les écrivains sont à l’œuvre envoûtés par une fébrilité inspiratrice. J’ai peur que ça se bouscule au portillon des éditeurs dans quelques mois. Et moi, et moi, et moi ? « Dis donc, tout ce stress pour un dimanche ! », me glisse à l’oreille ma copine Bienveillance. C’est vrai, je ne vais pas faire ma tête de l’art. Et si je créais, juste pour m’amuser ? Sans objectif de productivité, sans obligation de résultat. Juste pour le plaisir de gribouiller, de me laisser aller.

Je me remémore les cours d’arts plastiques, les ateliers en colo et des tas d’idées fusent : l’origami, les collages, le scrapbooking. Bon, la pâte à sel et les colliers de nouilles, ça passait dans les années 90, quand on n’était pas très au fait de la situation écologique, aujourd’hui on est tous d’accord que c’est mieux de les garder pour le dîner. Tiens, et si je faisais un gâteau ? Il y a même un puzzle jamais déballé dans le grenier, allez je fais confiance à ma créativité ! J’imagine tous les Français penchés sur leurs cahiers, équipés de craies et vêtus de tabliers. Je vois des couleurs d’arc-en-ciel jaillir des fenêtres, des odeurs épicées déborder des casseroles. Je sens que chacun réveille son âme d’artiste et en oublie d’être triste.

Avant, j’avais peur qu’il y ait trop de peintres, comédiens, clowns, danseurs, sculpteurs. J’avais peur qu’il n’y ait pas de place pour moi dans ce monde merveilleux. Maintenant, j’arrive à déceler chez ma grand-mère de 79 ans la malice de ma cousine de 8 ans. On a tous expérimenté le besoin de créer, les mains plongées dans le sable, deux quartiers de clémentines pour une bouche mutine, les doigts plein de gouache qu’on étale sur le drap. Pourquoi ça s’est arrêté ? Ou pourquoi on nous a mis de côté parce qu’on a voulu continuer ? Tout le monde a le droit à la créativité !

A vos pinceaux, à vos muscles, à vos spatules, à vos partitions, à vos cordes vocales, à vos tournevis, à vos micros, le Monde a besoin de vos chefs d’œuvre !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s