Ondes sensibles

Elle est à toi cette chanson

butterfly-1218884_1920

Cocon finement – épisode 17

A écouter

 

A lire

Le jour se lève et tu marches sur des œufs de peur de finir en omelette. Rien ne semble lui plaire. Il te toise alors, tu te plies en quatre. Tu n’oses pas ouvrir la bouche car tu as peur d’être nulle. Lui le tout-puissant, toi l’insignifiante. Toi qui subis, toi qui t’éteins à petits feux, je t’écris pour t’envoyer des forces. Plonge dans ta mémoire, il y a un endroit où il n’a pas accès. Cache-toi dans ton jardin secret et souviens-toi de qui tu es : une femme pleine de talents et de courage, une personne honorable et estimable. Tu as le droit d’être aimée. Tu te sens en cage, à sa merci et pourtant, tu as droit à la vie. Ferme tes yeux, pose une main sur ton cœur, malgré les coups, il bat encore. Est-ce que tu sens cette puissance ? Elle est à toi, rien qu’à toi. Tu sais où la trouver.

Tu as peur, je sais. Tu te sens prise au piège et tu envies toutes celles qui peuvent être ce qu’elles veulent. Aujourd’hui, je souhaite que mon chant arrive jusqu’à ta fenêtre pour t’aider à renaître. Il y a un sourire à l’intérieur de toi qui se réveille en entendant ma voix. Souviens-toi qu’avant lui, tu étais. Le moment présent est insoutenable, tu cherches à t’évader. Pense à moi qui crois en toi, pense à nous qui t’envoyons l’espoir. Ou plutôt nous qui t’envoyons des bûches pour ranimer l’espoir puisqu’il est déjà là au creux de toi. Ton corps est meurtri, ton visage sali. Tu as fini par t’y habituer à cette peau de chagrin, tu as même songé à t’y lover en pensant que lutter serait vain. Et pourtant, sous ton manteau de souffrance subsiste la délivrance. Je t’en prie, belle femme, retrouve la foi. Que ta capitulation ne soit qu’une apparence et, qu’en douce, tu rassembles ta puissance.

Chante pour toi, danse à l’intérieur, prends toi dans tes bras. Attise les flammes de ton potentiel, pas pour mûrir une vengeance, pour doucement déployer tes ailes. Pour que le moment venu, tu oses t’en aller, pleine de liberté et la tête haute. Je vois perler des larmes d’espérance à tes yeux et pourtant, tu les baisses le cœur las. Petite sœur, mère-veille, ma douce amie, descends dans ton jardin, vois comme il est préservé et luxuriant, sens toutes ces mains se poser sur tes épaules, ce sont celles des femmes qui ont osé briller pour leur liberté. Toi aussi, là, tout de suite, même confinée, tu peux te recharger et bientôt, tu sauras le quitter.

3 réflexions au sujet de “Elle est à toi cette chanson”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s