Dites ouïe !

Apéroooooooooo ?

bonfire-1850646_1920

Cocon finement – épisode 18

A écouter

 

A lire

Hier soir, j’ai entendu ce mot crié du jardin des voisins et mon cœur s’est serré : de tristesse parce que j’aurais voulu en être et de joie de savoir que les gens continuent à célébrer. Je pense à toutes ces terrasses désertées, à toutes ces rives esseulées et j’aimerais les rassurer : bientôt, nous reviendrons vous visiter ! Je mettrai une jupe légère, un tee-shirt fleuri, j’attacherai mes sandales et je flânerai le long des rues pour rejoindre mes amis attablés devant leurs godets. Bientôt, je garnirai mon panier : un bocal de houmous, des tomates cerises, des chips tortilla, une quiche épinards/feta, une bouteille de vin rouge et je prendrai le chemin de la plage pour un pique-nique cosmique ! On enlèvera nos chaussures pour nous sentir plus libres, les bouchons de liège sauteront pour manifester leur joie. En rang d’oignons, on regardera le soleil se coucher. Quelque chose aura changé, on pensera à le remercier de nous avoir honorés toute la journée. Et puis, on sera plus serrés les uns aux autres pour nous tenir chaud quand les derniers rayons disparaîtront à l’horizon. On aura beaucoup de choses à nous dire et pourtant, on restera silencieux en nous passant le saucisson, la bouteille de bière, la miche de pain. Quelqu’un sortira sa guitare et on aura envie de l’écouter au lieu de déblatérer. Et puis, en chœur on chantera La balade des gens heureux. L’effervescence des apéros d’autrefois se fera plus sage car chacun sentira à quel point ce moment est sacré. En frissonnant, on se souviendra du temps où on était enfermés alors on se lèvera pour danser Joue contre joue. Quelque chose aura changé. Chacun sera respecté, même celui qui arrive toujours en retard, même celle qui se pointe toujours les mains vides. Parce qu’on réalisera que sans eux, ce n’est pas pareil, que chacun de nous participe à la beauté de notre rendez-vous. Alors qu’avant, on se jetait sur les cacahuètes, qu’on vidait goulûment nos canettes, cette fois -ci, on appréciera. Peut-être même, qu’on refusera la ptite dernière parce qu’on sera déjà assez ivres de bonheur, bourrés à force de rigoler, pompettes rien qu’en philosophant avec nos copains, soûls juste en observant les étoiles tous main dans la main. Oui bientôt, retrouvons-nous pour l’apéro !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s